Antidémarreur éhtylométrique et COVID-19 – Que faire?

Antidémarreur éhtylométrique et COVID-19 – Que faire?

C’est la question que s’est posée Jocelyn Morisette de l’Atelier de mécanique J S devant le véhicule d’un de ses clients, venu faire changer ses pneus. Avant la pandémie un technicien soufflait dans l’appareil du client pour entrer et sortir le véhicule de l’atelier. En ce moment, à cause des risques de transmission de la COVID-19, M. Morisette a vite compris que cette pratique n’est pas sécuritaire.

La désinfection des véhicules fait partie de la routine de M. Morisette depuis plusieurs mois; or, plusieurs désinfectants sont à base d’alcool. Nettoyer les antidémarreurs avec ces désinfectants pourrait fausser le résultat et faire croire que le conducteur a consommé de l’alcool. Pour obtenir des conseils avisés, M. Morissette a fait appel à son conseiller d’Auto Prévention.

L’antidémarreur éthylométrique : qu'est-ce que c'est?

Il s’agit d’un alcotest électronique qui empêche le véhicule de démarrer lorsque de l’alcool est détecté dans l’haleine du conducteur. L’appareil enregistre tous les démarrages, les résultats d’alcotests, ainsi que toute tentative de contournement. Puisqu’il est muni de détecteurs de mouvement, pousser le véhicule sans le démarrer sera interprété comme une tentative de contournement, ce qui est une infraction majeure. Toutes les données enregistrées sont transmises à la SAAQ. Depuis le 30 novembre 2018, Smart Start Canada est mandaté par la SAAQ pour être le gestionnaire du « Programme antidémarreur éthylométrique du Québec ».

Selon Serge Bourgeois, directeur des opérations Québec chez Smart Start, il est important de respecter la procédure prévue pour l’entretien des véhicules munis d’antidémarreurs éthylométriques. Smart Start peut fournir un code d’entretien quidésactive l'appareil, ce qui permet de démarrer le véhicule tout en éliminant le risque d’enregistrer de fausses détections.

Le client est responsable des données enregistrées par son appareil. Les infractions entraînent des visites à un centre de service et des frais supplémentaires. Plusieurs produits peuvent causer une fausse détection, dont le parfum, les désinfectants à base d’alcool, le liquide lave-glace, le fait d’avoir mangé un produit moins frais ou d’avoir consommé une boisson fermentée, comme le kombucha, avant de souffler dans l’appareil.

Comment procéder?

Client: il doit contacter Smart Start par téléphone ou de façon électronique, quelques jours avant le rendez-vous, pour les informer du nom de l'atelier ainsi que de la période du rendez-vous. Des frais de 50 $ sont associés à ce service.

Technicien: lorsque le véhicule arrive à l’atelier, il doit, à partir du téléphone d'affaires (ligne fixe) :

  • Appeler Smart Start au 1-844-282-8300, option 5 ; utiliser de préférence le service de rappel. On devrait vous rappeler en 5 à 15 minutes.
  • Smart Start vous donnera un code d'entretien afin de désactiver l'antidémarreur pour une durée maximale de 8 heures, n’allant pas au-delà de 17 h. Il est possible de convenir d’une période plus courte ou de faire réactiver l’appareil plus tôt. Un code d’entretien par jour est nécessaire. Si la réparation dure plus d’une journée, il faut demander un nouveau code pour chaque journée de réparation.
  • À la fin des travaux, si vous rendez le véhicule au client avant la période de 8 h, vous devez réactiver le système conformément aux instructions que vous a données SmartStart, sinon vous et votre client êtes en infraction.

NE PAS

  • Souffler dans l’appareil du client. Ce n’est pas interdit par le programme, mais vous pourriez vous exposer à la COVID-19 ou générer de fausses détections.
  • Permettre au client d’entrer lui-même son véhicule dans l’atelier (Lisez notre article à ce sujet).
  • Pousser le véhicule. C'est un effort physique considérable qui n'est pas idéal d'un point de vue ergonomique. L’appareil enregistrerait une tentative de contournement, ce qui entraînera des conséquences pour votre client.
  • Remettre le véhicule avant que l’antidémarreur ait été réactivé. Si le client avait un accident pendant que son appareil est désactivé avec un code émis pour votre atelier, vous pourriez vous exposer à des poursuites criminelles.

Smart Start reçoit un nombre étonnamment bas de demandes de codes d’entretien, possiblement en raison des frais qui y sont associés comme l’ont mentionné certains clients de M. Morisette. Ne pas respecter cette procédure ne met pas seulement à risque la santé des techniciens ; les clients pourraient perdre le droit de conduire ou pire… Pour sauver 50 $, est-ce que ça en vaut la peine?


Plus de 2000 antidémarreurs éthylométriques au Québec 

Une personne reconnue coupable de conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool peut, sous certaines conditions, obtenir un permis restreint, lui permettant uniquement de conduire un véhicule équipé d’un antidémarreur éthylométrique à ses frais, pour une période déterminée. Le titulaire du permis restreint doit s’engager à respecter les conditions suivantes :

  • N’avoir consommé aucun alcool
  • Respecter le calendrier d’entretien, d'étalonnage et de téléchargement des données de l’antidémarreur
  • Suivre les consignes qui apparaissent à l’écran de l’appareil
  • Ne pas modifier, enlever ou tenter de contourner l’appareil

Sources : Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ)
                Smart Start Canada

 

Voir aussi

COVID-19 : 5 PRINCIPES DE PRÉVENTION DE LA CNESST


PORT DU MASQUE : DES REPÈRES POUR VOUS Y RETROUVER


AU-DELÀ DE LA COVID-19, LES AUTRES RISQUES NE FONT PAS RELÂCHE


UNE GESTION EXEMPLAIRE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL EN TEMPS DE PANDÉMIE


 

 

 

 

Retour à la liste des nouvelles