L’ouïe, le sens oublié

Actualités - Image d'intro
La protection auditive est souvent négligée et elle ne le devrait pas. C’est le constat d’Éric Larivière, technicien en esthétique chez Spinelli Mazda à Lachine. « Ça devrait être obligatoire au même titre que les lunettes et les bottes », affirme-t-il avec conviction.

Cette prise de conscience, il l’a eu l’année dernière alors qu’il remarquait certains symptômes de perte d’audition. « C’est la différence de son de ma radio qui m’a alerté. Le matin en embarquant dans mon auto, le son était vraiment trop fort. Pourtant, la veille en revenant de travailler, je le trouvais juste correct. » Ce phénomène s’appelle un déficit d’audition temporaire. Il se manifeste après une exposition à un bruit intense, mais la capacité auditive revient à la normale après quelques heures sans exposition au bruit. Si aucune protection n’est employée, la répétition et la prolongation des expositions au bruit intense provoqueront un défi cit d’audition permanent et irréversible.

Éric Larivière a appris par une collègue que son employeur fournissait des bouchons. Il s’est empressé d’aller s’en procurer. Au bout d’une semaine, la différence était remarquable. « J’étais moins irrité le soir, moins fatigué. Je ne montais plus le son de ma radio », confirme-t-il. Puis, il a suivi la formation Bruit et surdité professionnelle d’Auto Prévention, demandée par son employeur. « J’ai réalisé à quel point j’étais soumis à un bruit intense. Ici, le département d’esthétique est avec l’atelier de mécanique. Les soufflettes, la machine de lavage à pression, l’aspirateur, c’est déjà très bruyant. En ajoutant les bruits des outils à air, du compresseur, du martelage et d’autres bruits faits par les mécaniciens juste à côté de nous, c’est l’enfer pour tout le monde. »

La formation a aussi infl uencé le directeur de service Ivan Munoz. Il est allé faire un test audiométrique pour vérifi er. « J’ai déjà une perte d’audition », dit-il. « Ma femme me disait que j’écoutais la télévision trop fort. J’ai réalisé qu’elle avait raison quand, en vacances, j’ai remarqué que je ne montais pas autant le son. » Depuis ce moment, M. Munoz a changé sa perception de la protection auditive. En plus des formations sur le bruit données régulièrement aux employés et le fait de leur fournir des protecteurs auditifs, Ivan Munoz sensibilise les nouveaux employés dès leur accueil en leur remettant des bouchons et en leur conseillant de les porter.

En parallèle, des mesures sont mises en place pour contrôler le bruit. « Quand un mécanicien doit changer un outil bruyant, nous lui offrons un montant afi n qu’il l’achète muni d’un silencieux », explique-t-il. « Nous avons aussi l’intention d’installer un système d’aspiration central et de changer le compresseur pour un à vis sans fin pour diminuer le bruit dans l’atelier. » Pour M. Munoz, l’important, c’est la santé et la sécurité des travailleurs et non les coûts. « Si un travailleur me demande un équipement de protection individuelle précis, pas de problème! Nous allons payer. Mais il faut qu’il le porte! » Et ces mesures fonctionnent : de plus en plus de techniciens portent une protection auditive chez Spinelli Mazda.

L’ouïe, le sens oublié

 

Retour à la liste des nouvelles