Par où commencer pour réduire le bruit?

Par où commencer pour réduire le bruit?

Selon notre sondage effectué en début d’année, plus du tiers des techniciens en mécanique affirment travailler dans un environnement très bruyant. Les principales sources de bruit sont : la clé à choc, le marteau pneumatique et l’air comprimé incluant les soufflettes. Par où commencer pour réduire le bruit?

Voici une stratégie en quelques étapes pour se conformer à la nouvelle réglementation qui entrera en vigueur en juin 2023.

1. IDENTIFIER DANS VOTRE MILIEU LES TÂCHES ET LES OUTILS LES PLUS BRUYANTSS

Le niveau sonore se mesure en décibels A (dBA) sur une échelle logarithmique. Un bruit de 85 dBA est perçu comme étant deux fois plus fort qu’un bruit de 82 dBA. Votre conseiller Auto Prévention pourra vous aider à distinguer les outils les plus critiques de votre atelier.

Dans un atelier, nous n’avons rarement affaire qu’à un seul outil bruyant. Il faut donc évaluer l’effet combiné de tous les outils utilisés à un moment donné et comprendre l’effet de chacun sur le niveau de bruit total (voir l’encadré ci-bas)

Pour mieux comprendre les effets combinés de plusieurs outils bruyants, voici des principes de base et une méthode simple de calcul.

  • Si les deux sources de bruit ont la même puissance et sont à égale distance, on ajoute 3 dBA au niveau de l’une des sources pour obtenir l’effet combiné.
  • Si les sources sont de puissances différentes, il faut :
    • A Identifier la source la plus bruyante ;
    • B Déterminer l’écart de niveau de bruit entre les deux sources en dBA ;
    • C Utiliser ensuite le tableau 1 pour obtenir la valeur à ajouter au niveau de bruit de l’appareil le plus bruyant ;
    • D Lorsque l’écart de niveau de bruit entre deux sources atteint 10 dBA ou plus, la contribution de la source la plus faible au total est nulle. Ce n’est donc pas à cette source qu’il faut s’attaquer en premier.

Par exemple, si un travailleur boulonne une roue avec une clé à choc générant 93 dBA en même temps que son voisin utilise un marteau pneumatique à 113 dBA, c’est l’outil le plus bruyant qu’on entendra le plus. Avec un écart de 20 dBA entre les deux outils, on mesurera un niveau combiné de 113 dBA (113 dBA + 0 dBA).  Autrement dit, même si la clé à choc devenait silencieuse, le niveau de bruit demeurerait à 113 dBA, d’où l’intérêt de commencer par le marteau pneumatique. Bien sûr, d’autres facteurs entrent en ligne de compte comme la réverbération des sons, l’emplacement de la tâche et les caractéristiques du local. Ces sources secondaires sont nettement moins fortes et pourront être examinées et traitées plus tard.

2. DÉTERMINER LA SOURCE DOMINANTE

Pour chaque outil bruyant identifié, on doit comprendre d’où provient le bruit. Selon l’IRSST1, c’est l’échappement de l’air qui est la source dominante pour les outils rotatifs comme les ponceuses, les meuleuses (die-grinders) et les clés à cliquet (ratchet wrenches). La clé à choc(impact) fait un peu exception, le bruit provenant majoritairemet du mécanisme (masselottes) ; l’échappement d’air y contribuant dans une moindre mesure. Pour le marteau pneumatique, c’est l’impact de l’outil sur la pièce travaillée qui génère le bruit.

3. RÉDUIRE LE NIVEAU DE BRUIT

 

4 LIMITER LA DURÉE D'EXPOSITION

  • A.Opter pour des outils et des équipements performants qui rendent le travail plus court (ex : conception du réseau d’air comprimé).
  • B.Réduire au maximum l’utilisation d’outils bruyants en privilégiant d’autres méthodes de travail lorsque possible (ex : marteau pneumatique remplacé par une meuleuse). Quand il n’existe pas de solutions techniques pour réduire le niveau de bruit, réduire la durée d’exposition devient la seule option.

Vous arriverez à améliorer l’ambiance sonore de votre environnement de travail si tout un chacun y met l’énergie et les moyens nécessaires. Choisir des outils et des méthodes de travail moins bruyants est un excellent point de départ. Un entretien rigoureux de vos outils pneumatiques et une utilisation à la pression recommandée par le fabricant garantiront leur performance. Malgré les efforts, il se peut qu’à certains moments le niveau sonore dépasse le seuil acceptable. Il faut alors se protéger en portant un protecteur auditif adéquat.


1 Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité du travail, rapport R-554.
2 Pour favoriser l’écoulement d’air et assurer une puissance optimale, consultez les informations des fabricants afin de choisir le silencieux qui convient.
3 Les niveaux de bruit publiés par les fabricants sont mesurés « à vide » et peuvent être trompeurs. L’IRSST présente des valeurs qui représentent des conditions réelles d’utilisation (R-554 et RF-648).

Abonnez-vous à la revue 
Auto Prévention pour ne rien manquer.

Je m'abonne

voir aussi

RÉDUIRE LE BRUIT, UNE RESPONSABILITÉ COLLECTIVE


CHANGEMENT RÉGLEMENTAIRE SU RLE BRUIT: À QUOI S'ATTENDRE?


LES POUR ET LES CONTRE DE PROTECTEURS AUDITIFS ACTIFS EN CARROSSERIE ET MÉCANIQUE DE VÉHICULES LOURDS


DES PROTECTEURS AUDITIFS ACTIFS MIS À L'ESSAI DANS LES ATELIERS DE MÉCANIQUE

Retour à la liste des nouvelles

Articles liés