Prudence avec vos accessoires!

Actualités - Image d'intro

Un accessoire diminue toujours la capacité de levage d’un chariot élévateur.

Un chariot élévateur doit toujours être muni d’une plaque signalétique qui indique la capacité de levage sécuritaire. Il existe néanmoins un problème lorsque des accessoires (comme un tablier à déport latéral, une potence, des pinces) sont ajoutés et que la plaque signalétique d’origine n’en tient pas compte.

En effet, l’ajout d’accessoires affecte beaucoup la capacité de levage du chariot élévateur. Un accessoire diminue toujours la capacité du chariot, étant donné le poids de l’accessoire lui-même et le fait qu’il peut affecter la stabilité du chariot – notamment en éloignant la charge du mât. La méconnaissance de ces principes de sécurité lors d’utilisation d’accessoires a déjà causé de nombreux renversements de chariots élévateurs, entraînant des blessures graves voire même mortelles.

Le renversement latéral : Le tablier à déport latéral ou « side shift »

Voici un exemple illustrant l’impact d’un accessoire appelé tablier à déport latéral sur la capacité d’un chariot. Les informations suivantes ont été obtenues suite à un accident impliquant le renversement latéral d’un chariot élévateur muni d’un tablier à déport latéral lors du levage d’une charge de 1510 kg.

Dans cet exemple, l’ajout du tablier à déport latéral réduit la capacité du chariot d’environ 15 %. Si en plus on déplace latéralement le tablier au maximum, la capacité est davantage réduite. Au total, la réduction peut atteindre 26 % de la capacité d’origine sans accessoire.

Comme l’opérateur déplaçait une charge de 1510 kg alors que le chariot avait une capacité de levage nettement réduite (1111 kg), dans cette condition, il n’est pas surprenant qu’il y ait eu renversement.

Prudence avec vos accessoires !

Le tablier à déport latéral

Cet accessoire permet un mouvement latéral. Plus celui-ci est important, plus le chariot perd de la capacité.

Prudence avec vos accessoires !

Prudence avec vos accessoires !

Le renversement frontal : La potence de levage télescopique

Un établissement qui venait de faire l’acquisition d’une nouvelle potence aurait pu se faire jouer un tour… d’autant plus que ce produit leur avait été livré sans manuel ni formation.

Prudence avec vos accessoires !

La potence de levage télescopique

Ce type d’équipement est constitué de deux sections : une partie fixe et l’autre pouvant s’allonger. Cet accessoire permet de travailler avec plusieurs longueurs d’extension, mais la capacité de levage diminue avec l’extension de la rallonge.

Il est donc possible d’installer un crochet de levage (voir flèche blanche) au bout de cette rallonge, mais on doit bien lire la plaque signalétique apposée sur celle-ci (voir le tableau ci-dessous) pour ne pas se retrouver en situation de surcharge.

Prudence avec vos accessoires !

La plaque signalétique de cette potence

Prenons par exemple un chariot dont la capacité nominale est de 5000 lb.

Lorsque la rallonge est étirée au maximum, c’est-à-dire que la clé de blocage est en position « A », la capacité de levage n’est que de 900 lb !

Consulter vos plaques signalétiques peut vous éviter bien des problèmes !

Il est primordial de s’assurer de respecter le poids maximal que le chariot élévateur peut soulever de façon sécuritaire. Si l’on ajoute un ou des accessoires, on devrait retrouver sur le chariot élévateur une plaque qui informe l’opérateur de la capacité de levage avec l’accessoire installé. Cela peut être inscrit sur la même plaque ou encore sur une nouvelle plaque fournie par le fabricant du chariot. En l’absence d’informations justes, l’opérateur pourrait surcharger le chariot sans le savoir et ainsi s’exposer à un danger de renversement.

Remerciements spéciaux à Alain Lajoie, inspecteur à la CSST, pour sa précieuse collaboration.

Retour à la liste des nouvelles