Appliquer l’antirouille dans un lieu aménagé, tout le monde y gagne

Appliquer l’antirouille dans un lieu aménagé, tout le monde y gagne

Vous appliquez de l’antirouille à partir d’une baie de travail et cela dérange les autres travailleurs? Vous hésitez à aménager une ventilation et à implanter des mesures de prévention puisque le produit utilisé est écologique et sans danger? Pourtant, la pulvérisation d’antirouille comporte des risques d’incendie et d’explosion, d’exposition respiratoire et cutanée et de glissade. Faisons le point pour mieux comprendre et gérer tous ces risques.

RISQUES D’INCENDIE ET D’EXPLOSION

Qu’il soit écologique ou traditionnel, l’antirouille n’est jamais appliqué sous sa forme liquide originale, mais est plutôt pulvérisé. Ce procédé émet des milliers de petites gouttelettes combustibles dans l’air, comparables à de la poussière de bois. Cela peut créer une atmosphère explosive s’il y a présence d’une source d’ignition (meulage, soudage, oxycoupage, etc.) dans un rayon de moins de 20 pieds (NFPA 33, art. 14.1 Standard for spray application using flammable or combustible materials).

Le mode d’application de l’antirouille constitue un danger même si le produit est dit «bio» ou «écologique».


Pour bien contrôler les paramètres environnementaux, le poste d’antirouille doit être doté d’une ventilation locale et isolé des autres opérations par une paroi ou un rideau.


RISQUES D’EXPOSITION AU PRODUIT

La présence de milliers de gouttelettes d’antirouille a pour effet de multiplier le contact avec les voies respiratoires et cutanées. On peut obtenir la liste des effets à la santé en consultant la section 11 (données toxicologiques) de la fiche de données de sécurité (FDS) du produit.


On doit privilégier un antirouille exempt de solvants ou de composés organiques volatils (COV) en consultant la section 3 de la FDS (composition/information sur les ingrédients) et le répertoire toxicologique - CNESST.


M. Mathieu Gosselin, contrôleur d’atelier et M. Mario Zannoni, préposé antirouille chez Sherbrooke Toyota, consultent la FDS de leur antirouille à base d’huile végétale.

Même si la FDS n’en fait pas mention, les brouillards d’huile sont des émissions fugitives qui sont soumises à des limites d’exposition. Au Québec, l’article 40 du Règlement sur la santé et la sécurité du travail prévoit des limites d’exposition journalière de 10 mg/m3 pour les brouillards d’huile végétale et de 5 mg/m3 pour les brouillards d’huile minérale.


On privilégie un antirouille à base d’huile végétale puisque sa limite d’exposition plus élevée indique qu’elle est moins nocive que l’huile minérale.


LA PROTECTION RESPIRATOIRE

Lors d’un procédé de pulvérisation, la ventilation ne permet pas de capter au point d’émission, les particules d’huile émises dans l’air, ce qui rend nécessaire le port d’une protection respiratoire. Le type de protection varie selon le produit utilisé. Vos choix doivent être intégrés dans un programme de protection respiratoire conformément aux exigences légales du RSST, article 45.1.

Antirouille sans solvant ou COV

Demi-masque réutilisable avec filtre P100 ou masque jetable P100.

Antirouille avec solvants ou COV

Demi-masque réutilisable avec cartouches pour vapeurs organiques et préfiltres P100.

La lettre P dans P100 signifie que le filtre est à l'épreuve des particules contenant de l'huile, contrairement aux filtres de catégorie N (aucune résistance) et R (résistance limitée à 8 heures).

LA PROTECTION CUTANÉE

Les brouillards d’huile obstruent les pores de la peau, ce qui peut entraîner des éruptions cutanées ou des pertes de poils (cheveux). De plus, les antirouilles contiennent des additifs qui causent des irritations.

Pour prévenir l’exposition cutanée, on protège tout le corps avec une combinaison, des gants, une visière ou des lunettes de sécurité.

RISQUES DE GLISSADE ET DE CHUTE DU VÉHICULE

La pulvérisation d’antirouille rend le plancher huileux à risque de glissade. Un entretien rigoureux des planchers, des patins du pont élévateur, et le port de chaussures ou couvre-chaussures à semelles antidérapantes permettront de réduire ce risque.

UNE ENTREPRISE QUI A PRIS LES DEVANTS

Chez Sherbrooke Toyota, la santé et la sécurité du personnel ont été considérées en priorité pour l’aménagement d’une baie dédiée à l’antirouille.

«L’application d’antirouille n’est pas une tâche appréciée des travailleurs. On n’a donc pas hésité à investir pour garder notre monde» nous dit M. Guy Robillard, directeur du service chez Sherbrooke Toyota.

Leur consultant en ventilation a proposé un design pourvu d’une captation au sol et au plafond et d’un éclairage étanche, ce qui permet de contrôler le risque incendie et de maintenir une meilleure qualité de l’air.

Le poste d’antirouille a été aménagé dans un bâtiment séparé des opérations de mécanique et de carrosserie, loin de toute opération de meulage, soudage et oxycoupage. De plus, un rideau isole
le poste de travail des activités d’esthétique.

La facilité d’entretien des lieux a également été considérée. Le choix d’un nettoyant à plancher efficace et l’utilisation d’une pellicule plastique pour recouvrir les bras pivotants du pont élévateur éliminent les opérations de frottage exigeantes pour les articulations.

En considérant les aspects de santé et de sécurité, il est possible de réaliser des activités d’antirouille de manière sécuritaire pour tous.

 

Abonnez-vous à la revue 
Auto Prévention pour ne rien manquer.

Je m'abonne

voir aussi

LE POINT SUR LA SÉCURITÉ DE L’ANTIROUILLE


L’APPLICATION D’UN ANTIROUILLE ÉCOLOGIQUE

Retour à la liste des nouvelles

Articles liés