Choisir une chaussure de sécurité

Actualités - Image d'intro
La chaussure de sécurité est obligatoire dès qu’un travailleur est exposé à des risques de blessures aux pieds. Les chutes d’objets lourds ou tranchants, le contact avec des matières dangereuses liquides, incluant les matières corrosives, et le contact avec du métal en fusion sont les principales situations qui font que l’employeur doit fournir gratuitement les chaussures de sécurité et que les travailleurs doivent les porter (Règlement sur la santé et la sécurité du travail, articles 338, 339 et 344).

Mais avant de fournir, il faut bien choisir. Devant la vaste gamme de chaussures de sécurité disponibles, laquelle sera la plus appropriée pour votre travail? Cette question n’est pas banale et nécessite une bonne réflexion. Voici quelques pistes à suivre pour fixer votre choix.

Essais

Identifiez des magasins spécialisés qui offrent un grand choix de marques et de modèles. À l’aide de la grille d’évaluation des critères de sélection de la page suivante, choisissez les modèles qui sont adaptés à votre environnement et aux tâches à accomplir. L’essai permet d’évaluer le poids, la flexibilité, le confort et la facilité à mettre ou à enlever la chaussure. N’hésitez pas à simuler vos postures de travail habituelles : à genoux, accroupie, en marchant, etc.

Pour évaluer si la chaussure est antidérapante, il est souhaitable d’obtenir des échantillons afin de faire des essais en conditions réelles de travail. Une semelle peut être antidérapante sur un plancher huileux, mais pas sur de la glace. Il est possible d’obtenir certaines données quantitatives sur l’antiglissement auprès des manufacturiers (coefficient de frottement) à analyser en fonction de vos conditions de plancher spécifiques. Bref, un comité de sélection des chaussures de sécurité doit considérer qu’un seul modèle ne peut pas convenir à tous les travailleurs ni à toutes les situations de travail.

 

Entretien

Pour éviter les glissades, les semelles doivent être toujours libres de résidus incrustés dans les sillons. Il faut donc penser à essuyer ou à secouer les semelles après un déplacement dans la neige ou la boue. Il peut être nécessaire de déloger les morceaux d’abrasifs en hiver.

La chaussure doit être remplacée dans les cas suivants :

  • Semelle extérieure usée ou endommagée : critique pour la résistance aux chocs électriques et les performances antidérapantes
  • Revêtement coupé ou détérioré
  • Intérieur de la chaussure usé
  • Coque ayant subie un impact important
  • Coutures décousues
  • Embout usé

 

Et le prix?

Que valent quelques dollars économisés au prix d’une commotion cérébrale sévère ou d’un membre cassé à la suite d’une glissade? Pourquoi ne pas miser sur un modèle plus antidérapant, plus durable et plus confortable? N’oubliez pas qu’en plus de supporter tout le poids corporel, les pieds sont indispensables à tous les déplacements. Évitez de leur imposer des sévices et gâtez-les à la mesure des services rendus.

 

Retour à la liste des nouvelles