La mise à la terre en cabine de peinture : pour éviter les incendies

Actualités - Image d'intro
Il vous est sans doute déjà arrivé de prendre un choc dû à l’électricité statique. Savez-vous d’où elle vient? Contrairement à l’électricité qui circule dans un circuit fermé, l’électricité statique s’accumule sous forme de charge sur un objet et elle ne bouge pas jusqu’à ce qu’elle soit dissipée ou déchargée. En quoi est-ce pertinent en peinture automobile?

Quand la peinture circule dans la buse du pistolet, le frottement peut générer de l’électricité statique. Si cette charge électrique n’est pas éliminée au fur et à mesure, elle pourrait en théorie s’accumuler et éventuellement produire une étincelle.

RISQUES ENGENDRÉS

Plusieurs produits de peinture utilisés en carrosserie sont inflammables. Les vapeurs combustibles étant plus lourdes que l’air, elles peuvent s’accumuler près du sol, en particulier en cas de panne ou de mauvais fonctionnement de la ventilation. Or, dans une telle éventualité, l’étincelle générée par une décharge d’électricité statique pourrait alors causer une explosion ou un incendie.

La mise à la terre en cabine de peinture : pour éviter les incendies

QUE DIT LA RÉGLEMENTATION AU QUÉBEC?

Selon le Code de construction du Québec (chapitre 5 – électricité), les cabines de pulvérisation de peinture et de mélange sont classées comme étant des lieux dangereux.

Il faut contrôler les sources d’inflammation et maintenir la concentration des vapeurs inflammables sous 25% de la valeur limite inférieure d’explosivité. Les équipements présents dans un lieu où se trouvent des vapeurs inflammables doivent être mis à la terre et le système d’aspiration des vapeurs doit être antidéflagrant (Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST), articles 49 – 53). De plus, le Guide d’évaluation des ateliers de carrosserie et les principes d’ingénierie font appel à plusieurs normes de référence (listées à la fin) dont la NFPA-33.

NOUVELLE EXIGENCE – MISE À LA TERRE

Cela fait de nombreuses années qu’on s’assure de l’efficacité de la ventilation et des équipements de protection individuelle. Par contre, la mise à la terre n’avait pas été contrôlée jusqu’à récemment. Le milieu des carrossiers a fait appel à Auto Prévention pour l’aider à trouver des solutions et s’est mobilisé pour les mettre à l’essai.

Une mise à la terre directe s’effectue en connectant le pistolet à un boyau conducteur, lui-même raccordé au compresseur mis à la terre par un électricien. Un fil de mise à la terre externe peut également être ajouté au boyau d’air standard, mais il faut garder la continuité électrique à l’œil. Puisque le boyau et le pistolet sont sous pression, souder le fil de terre est à proscrire, car la soudure affecte l’intégrité des matériaux et engendre des risques d'éclatement du pistolet.

Comme l’explique l’INRS dans un document technique sur l’électricité statique (ed874), « Un élément conducteur ou dissipateur est dit électrostatiquement à la terre lorsque sa résistance de fuite ou d’écoulement des charges ne dépasse pas 106 ohms, sachant que cette résistance est mesurée entre la terre et n’importe quel point de l’élément considéré. Dans ce cas, il ne se forme pas de charges électriques et on peut considérer que la mise à la terre est réalisée de fait. » (Plusieurs autres normes reprennent ce critère – voir la note).

Le boyau d’air européen dissipateur de marque Kremlin compatible avec les équipements ATEX utilisables en milieu explosif répond à ces caractéristiques. Il doit être raccordé sans ajout d’isolation comme du ruban Teflon. Tant qu’il est en contact direct avec un plancher de béton ou une grille de ventilation en métal propres, ce boyau dissipe la charge électrostatique et élimine tout risque de générer une étincelle.

La mise à la terre en cabine de peinture : pour éviter les incendies

 


Nous l’avons mis à l’essai en cabine de pulvérisation chez CarrXpert Montmorency Ford à Brossard. Or, il a été jugé suffisamment souple et léger pour être une alternative viable aux boyaux actuels, sans augmenter les risques de développer des troubles musculosquelettiques.

Pour plus d’information sur la pulvérisation de peinture, vous pouvez consulter l’onglet « produits de finition automobile » des dossiers techniques sur notre site web. Une fiche technique sur la mise à la terre des équipements de peinture suivra sous peu.


 

La mise à la terre en cabine de peinture : pour éviter les incendies

 


Références

Règlement sur la santé et la sécurité du travail du Québec • Loi sur la santé et la sécurité du travail du Québec • Code de construction du Québec – chapitre 5, Électricité

  • Norme NFPA 33 – Standard for Spray Application Using Flammable or Combustible Materials, 2016 • Norme NFPA 77 – Recommended Practice on Static Electricity, 2018
  • La peinture des véhicules – Guide d’évaluation des ateliers de carrosserie, CNESST, 2010 • Électricité statique (ed874), Institut national de recherche et de sécurité, 2004
  • Norme CSA Z462-12 – Sécurité en matière d’électricité au travail, Association canadienne de normalisation.

 

Note

L’article 6.7 de la norme NFPA 33 reprend ces exigences quant à la résistance de la mise à la terre. La norme CSA Z462 pour sa part stipule qu’un contact « entre les conducteurs de mise à la terre et les surfaces conductrices environnantes à découvert en bon contact avec la terre… ou les surfaces environnantes de la terre elle-même » correspond à la définition d’une mise à la terre. Selon la norme NFPA 77, un réservoir de métal de grande dimension en contact avec le sol est, de façon inhérente, mis à la terre.

Retour à la liste des nouvelles