Les chariots élévateurs sont de plus en plus utilisés dans les établissements du secteur des services automobiles. Malheureusement, ils sont impliqués dans de nombreux accidents avec conséquences graves. Au Québec, on enregistre chaque année en moyenne 700 accidents de chariots élévateurs avec blessures tout secteur confondu, dont 4 décès de travailleurs.

Tous les caristes doivent obligatoirement suivre une formation de conduite sécuritaire. De plus, ces véhicules doivent être inspectés à tous les jours et il faut mettre en place les mesures de prévention appropriées.


Types de chariots élévateurs

Il existe plusieurs types de chariots élévateurs. S’ils ont tous leurs caractéristiques propres, ils présentent malgré tout des risques communs importants. Dans notre secteur, on retrouve notamment :
 
  • des chariots contrebalancés;
  • des chariots pour allées étroites (surtout utilisés en entrepôt);
  • des chariots de cueillette, dont le poste de conduite relevable permet de cueillir des pièces à la main;
  • des transpalettes motorisés;
  • des chariots tout-terrain.
De plus, de nombreux accessoires, tels que des rallonges de fourches, des potences, des pinces à baril, des fourches convertibles en pinces et des cages pour le levage de travailleurs, requièrent des mesures de prévention supplémentaires.

Obligations

Selon la Loi sur la santé et la sécurité du travail, tous les travailleurs doivent être formés adéquatement selon les risques présents dans leur environnement. Plus spécifiquement, le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (art. 256.3)  stipule que :

« Un chariot élévateur doit être utilisé uniquement par un cariste ayant reçu :
  1. une formation qui porte notamment sur :
a) les notions de base relatives aux chariots élévateurs;
b) le milieu de travail et ses incidences sur la conduite d’un chariot élévateur;
c) la conduite d’un chariot élévateur;
d) les règles et mesures de sécurité;
 
  1. une formation pratique, effectuée sous la supervision d’un instructeur, qui porte sur les activités liées au chariot élévateur, tels que le démarrage, le déplacement et l’arrêt, la manutention de charges et toute autre manœuvre nécessaire à la conduite d’un chariot élévateur.

Également, il est mentionné dans le même règlement que tout chariot élévateur contrebalancé doit être muni d’un dispositif de retenue du cariste (une ceinture de sécurité) et que ce dispositif doit être utilisé.

À l’article 261, il est précisé qu’un travailleur peut être levé uniquement par un appareil conçu à cette fin, comme un chariot muni d’une cage approuvée ou un engin élévateur à nacelle (skyjack), et dans des conditions prévues par les normes.

Inspection et entretien

La norme de référence sur les chariots élévateurs stipule que les chariots doivent être inspectés avant chaque quart de travail. Un rapport écrit doit faire état de l’inspection et, s’il y a lieu, des défectuosités relevées lors de l’inspection. Il faut aussi garder une trace écrite des entretiens et des réparations effectués.

Formation

Auto Prévention offre gratuitement aux travailleurs et aux employeurs du secteur automobile une formation sur la conduite sécuritaire des chariots élévateurs. Il est important de former tous les utilisateurs de chariots élévateurs, même les conducteurs occasionnels.

Cette formation comprend un volet théorique d’une durée d’environ 3 heures qui peut se donner en entreprise ou en formation régionale, ainsi qu’un volet pratique effectué en entreprise, en prenant les travailleurs individuellement ou par groupe de 2-3 personnes.

À quelle fréquence devrait-on suivre cette formation?

L'obligation légale demande que l’employeur supervise les caristes et s’assure continuellement que ceux-ci travaillent de manière sécuritaire. Il peut être avantageux d’organiser régulièrement de courtes rencontres pour rappeler les principes de conduite sécuritaire et s’assurer que leurs connaissances sont à jour. En pratique, il peut être avantageux d’organiser une formation de rappel à tous les cinq ans.

Documentation

Notions de conduite préventive des chariots élévateurs

Documents de soutien

Fiches d’inspection des chariots élévateurs

Inspection quotidienne des chariots élévateurs et des transpalettes alimentés à l’électricité
fichier Word

Inspection quotidienne des chariots élévateurs alimentés au propane
fichier Word

Inspection quotidienne des chariots de cueillette alimentés à l’électricité
fichier Word


Normes applicables aux chariots élévateurs

Norme de sécurité pour les chariots à petite et à grande levée (ANSI/ITSDF B56.1-2012) (en anglais)
La distribution gratuite est permise par l’Industrial Truck Standards Development Foundation (ITSDF), mais il est interdit de revendre le document.

Autres normes de sécurité pour les différents types de chariots élévateurs
Les versions courantes (en anglais) peuvent être téléchargées gratuitement du site de l’ITSDF.

Articles de la revue Auto Prévention

Un chariot élévateur heurte un palettier! Y a-t-il un danger?
Le chariot élévateur, peut-on l'utiliser pour élever un travailleur?
Du nouveau pour les caristes!
Prudence avec vos accessoires!
La ceinture de sécurité aurait pu lui sauver la vie!
Vos palettiers sont-ils bien ancrés? Chariots élévateurs
Le travail de conducteur-opérateur de dépanneuse implique de nombreux risques, le premier étant le risque d’être heurté par une voiture puisqu’ils travaillent en bordure de la route. Toutefois, il y en a plusieurs autres. Nous avons préparé des outils pour vous informer sur les méthodes de travail sécuritaires.

Dépannage routier des véhicules lourds

Remorquer un véhicule lourd par l’avant nécessite le retrait de l’arbre de transmission, ce qui représente des risques particuliers. Une procédure simple vous rappelle les risques et les moyens de prévention à appliquer.

Procédure de remorquage pour les véhicules lourds, prise avant

Dépannage routier des véhicules hybrides et électriques

Vous vous demandez comment reconnaître les véhicules hybrides ou électriques et quels sont les risques lors du service routier? Ces documents répondront à vos questions.

Remorquage des véhicules hybrides et électriques

Pour chaque marque de véhicule, on indique comment reconnaître s’il s’agit d’un véhicule électrique ou hybride et où se trouve la batterie.

Références utiles 2012

Chaque fabricant produit un guide d'intervention qu’on peut trouver en ligne.

Liens Internet des guides d’intervention d’urgence des véhicules « verts »

Documentation

Vidéos

Auto Prévention a conçu cette vidéo d’une dizaine de minutes qui décrit les principaux dangers reliés au dépannage routier et, surtout, comment faire une intervention sécuritaire, étape par étape. Vous pouvez y voir la préparation, les façons de signaler ses interventions, les méthodes sécuritaires d’exécuter les manœuvres et bien d’autres détails importants pour votre sécurité.

Un ABC du dépannage sécuritaire

Guide et aide-mémoire

Produits par la CNESST à partir des travaux de la Table de concertation sur la sécurité du dépannage routier, ces documents présentent les normes, les procédures sécuritaires, tout ce qu'il faut faire pour exécuter ces tâches en toute sécurité.

Interventions sécuritaires en dépannage routier : Guide à l'usage des entreprises de dépannage routier et des conducteurs de dépanneuse

Ce document propose aux entreprises de dépannage routier et aux conducteurs de dépanneuse un processus d’intervention sécuritaire sur les routes et les voies rapides. Il permet d’évaluer la situation de dépannage et d’assurer la sécurité des lieux afin que l’intervention se déroule de manière sécuritaire pour le conducteur, ses clients et les autres usagers de la route.



Interventions sécuritaires en dépannage routier : Aide-mémoire à conserver dans votre véhicule

Sous forme de liste de vérification graphique, cet aide-mémoire de 16 pages résume ce qu'il faut faire dans chacune des situations à risque.



Vous pouvez télécharger ce document ou encore vous en procurer des exemplaires gratuits auprès de la CNESST.

Affiche (11 po x 17 po)

Pour dépanner sans danger

Affichettes (8 ½ po x 11 po)

Avis danger : Lors du remorquage sur le bord de la route, soyez visibles
Sur la route... soyez visibles, faites-vous remarquer!

Autocollant

Sur la route, le danger arrive à toute vitesse

Articles de la revue Auto Prévention

Gestion du TMD : d'autres exemptions
Gestion du TMD : les quantités limitées
De la VAD à la ronde de sécurité : nouvelles obligations
Cales de roues pour camion, sont-elles sécuritaires?
Équipez-vous pour affronter le dur froid de l’hiver
Quand le transport des marchandises dangereuses devient une obligation
Conducteurs de dépanneuse : Vroum! Vroum! Danger!
Être vu peut vous sauver la vie!
Le point de coincement, un risque méconnu Dépannage routier
Les fosses de réparation sont des emplacements situés sous le niveau du sol qui servent à l’entretien ou à la réparation des véhicules. Il existe notamment :
  • des fosses pour réparer ou inspecter les véhicules;
  • des fosses d’alignement;
  • des puits techniques pour certains équipements (ex. : les ponts élévateurs hydrauliques).
Compte tenu des risques particuliers, entre autres des risques d’incendie, une réglementation particulière s’applique aux fosses de réparation (voir le Règlement sur la santé et la sécurité du travail, art. 333).

Documentation

Fiche technique 



Les fosses de réparation (l’aménagement et l’utilisation sécuritaire des fosses) (version 3, publ. 2014-04)

Articles de la revue Auto Prévention

Comment rendre vos fosses sécuritaires
La fosse de réparation : le plancher disparaît! Fosses de réparation
Les pneus de véhicules lourds sont gonflés à environ 100 lb/po2 de pression. Si vous n’êtes pas bien installés et si votre méthode de travail n’est pas à toute épreuve, une rupture lors du gonflage aura donc des conséquences dramatiques : vous serez blessé en un éclair.

Notez bien : Nous vous présentons uniquement les éléments réglementaires et les points de sécurité.

Nous vous invitons donc à :
  • consulter les documents techniques des fabricants de pneus et de roue pour connaître toutes les étapes du montage sécuritaire d'un pneu et pour connaître les particularités de chaque type de pneu;
  • suivre une formation technique du fabricant ou du distributeur.

Réglementation

Au Québec

Le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (art. 337)  prévoit des exigences particulières pour les pneus de véhicules de 4 500 kg ou plus (incluant le poids du véhicule et la charge nominale). On y indique que :

« Le travail sur une roue sous pression, incluant la manipulation et l’inspection, doit être effectué selon les règles de l’art.

Le gonflage d’un pneu doit être effectué selon les règles de l’art, notamment en utilisant un dispositif de retenue qui empêche la projection des composantes de roue, tel une cage, une chaîne, un assemblage de barres ou, à défaut, toute autre mesure qui assure la sécurité des travailleurs. »

De plus, la Loi sur la santé et la sécurité du travail du Québec précise à l'article 51 que l'employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et l'intégrité physique des travailleurs, entre autres en ayant des installations et des équipements appropriés et en offrant la formation nécessaire.

Aux États-Unis

L’examen des méthodes de travail, des accidents du travail, des recommandations des fabricants, ainsi que des discussions avec les gens du milieu nous amènent à formuler des recommandations qui s’approchent de la réglementation américaine, qui est beaucoup plus stricte que la nôtre.

Le règlement américain Servicing multi-piece and single piece rim wheels (29 CFR 1910.177) (L'entretien des roues à jantes monopièces et multipièces) est beaucoup plus précis. Il couvre tout le service des pneus, exception faite des pneus automobiles et des autres pneus « LT ». Il fixe les exigences suivantes :
  • Des tableaux d'appariement sont disponibles et affichés en atelier.
  • Tout gonflage doit être fait dans une cage de retenue (jante monopièce et jante multipièces) installée et utilisée conformément aux recommandations du fabricant. On peut faire le gonflage sur le véhicule uniquement lorsque la roue est retenue de façon à ce qu'elle ne puisse se détacher et de façon à retenir les morceaux qui pourraient être projetés en cas de bris.
  • Lorsqu’il est impossible de gonfler un pneu dans une cage de retenue, il faut utiliser un dispositif de retenue assurant une sécurité équivalente.
  • Les travailleurs doivent suivre une formation adéquate sur le montage et particulièrement sur la vérification et l'appariement des composantes.

De plus, on ne peut regonfler un pneu légèrement dessoufflé que lorsque toutes les conditions suivantes sont réunies :
  • Le pneu est monté sur jante monopièce.
  • Le pneu a encore au moins 80 % de sa pression de service (ex. : au moins 80 lb/po2 pour un pneu qui devrait rouler à 100 lb/po2) et ne montre aucun signe extérieur de fatigue ou de cassure sur le flanc.
  • Le pneu doit avoir roulé moins de 100 km à cette pression.
Dans tous les autres cas, il faut enlever la roue et démonter le pneu, puis inspecter la roue et le pneu avant de remonter et de regonfler le pneu.

Documentation

La CNESST a introduit un guide électronique de référence qui rappelle les procédures à suivre lors du montage et du démontage des routes à jante monopièce ou multipièces, du gonflage des pneus et de leur installation, ainsi que les outils recommandés.

Guide L’entretien des pneus de véhicules de grandes dimensions (version 1, publ. 2014-03-26)


En collaboration avec Auto Prévention, la CNESST a réalisé un Cherchez l’erreur sur le gonflage de pneus de véhicules lourds. Ce document peut servir à alimenter un dialogue de sécurité.

Cherchez l’erreur : le gonflage de pneus de véhicules lourds

Il est possible de faire l’exercice en version interactive.

Affiche (17 po x 25 po)

Le montage d’un pneu sur jante monopièce

Articles de la revue Auto Prévention

Une cage de gonflage automatique pour les pneus hors norme
Avant de gonfler un pneu de véhicule lourd : Mettez la bombe en cage!
Comment choisir et installer une cage de retenue?
Pour coller sans danger les pneus de poids lourds Gonflage des pneus
Travailler tous les jours avec un pont élévateur en fait souvent oublier le danger que cela comporte. Nous vous présentons toute notre documentation sur les risques, les méthodes de levage sécuritaire ainsi que l’entretien préventif reliés à l’utilisation des ponts élévateurs.

Formations

Parce que bien connaître les risques permet de les prévenir!

Formation en entreprise (avec partie pratique)

Levage sécuritaire des véhicules

Autoformation

Utilisation sécuritaire des ponts élévateurs hors terre à 2 colonnes

Documentation

Fiches techniques

Utilisation sécuritaire des ponts élévateurs à deux colonnes

Le levage des véhicules sur un pont élévateur hors terre à deux colonnes : une méthode sécuritaire
Guide de référence des points de levage

Entretien préventif des ponts élévateurs

L’entretien préventif des ponts élévateurs
Fiche d’entretien préventif : pont élévateur monocylindre (air-hydraulique)

Fiches d’entretien à remplir

Fiche d’entretien préventif : pont élévateur hors terre
Fiche d’entretien préventif : pont élévateur en ciseau
Les ponts élévateurs hydrauliques pour véhicules lourds, avec antichute à gâchette
Fiche d’entretien préventif générale (fiche vierge, pour définir vous-mêmes les activités d’entretien)
Éditable

Affiches

Ces affiches de grand format (17 po x 25 po) rappellent les points à surveiller pour lever un véhicule en toute sécurité.

Je vérifie la stabilité du véhicule avant de compléter le soulèvement
Je m’assure que les mécanismes de blocage sont toujours fonctionnels

Autocollant

Cet autocollant est conçu pour être apposé sur le pont élévateur près du poste de commande. Il rappelle les six points les plus importants dont il faut se rappeler pour soulever un véhicule en toute sécurité.
Imprimez le fichier PDF sur une étiquette autocollante demi-page (Avery 6573) ou pleine page.

Téléchargez l’autocollant

Articles de la revue Auto Prévention

Étant donné que l’utilisation des ponts élévateurs représente un danger et que des accidents continuent de se produire, nous parlons régulièrement des risques et de l’entretien des ponts élévateurs dans notre revue. Voici donc quelques articles publiés au cours des dernières années.

Ponts élévateurs : planifier la venue du réparateur
Dix raisons de retracer vos manuels d'utilisateur
Les ponts élévateurs : des articulations à surveiller
L’entretien préventif – Êtes-vous en sécurité sous votre pont élévateur?
Les ponts élévateurs en ciseau… Merveilleux… mais attention!
Bien planifier l’achat et l’installation d’un pont élévateur
Un pont élévateur en ciseau tombe
Ponts élévateurs : choix et installation – Cinq pièges à éviter
Avec la formation en ligne : des ponts élévateurs qui n’ont plus de secret Ponts élévateurs
Lorsqu’une personne manipule de l’essence ou d’autres matières inflammables, le risque d’incendie augmente. Cette réalité touche particulièrement les démonteurs de véhicules puisqu’ils doivent effectuer systématiquement la vidange des réservoirs de carburant de tous les véhicules dès leur arrivée.

Documentation

Fiches d’information

Méthode sécuritaire générale de transvidage et de retrait d’un réservoir de carburant
Méthode sécuritaire de vidange des réservoirs de carburant chez les recycleurs de véhicules
Les installations pour la vidange des réservoirs de carburant chez les recycleurs de véhicules

Présentation sur le transfert d’essence

Transférer l’essence en toute sécurité (2 Mo)

Articles de la revue Auto Prévention

La couverture antifeu
Recycleurs de pièces : attention aux incendies!
Torche humaine… comment réagir?
La mise à la terre, essentielle pour le transvidage des liquides inflammables
Méfiez-vous des bacs de récupération d'huile!
C'est quoi cette cloche là?
Des étagères métalliques s'imposent!
En cas d’incendie, êtes-vous prêt?
  Prévention des incendies
Le soudage expose les travailleurs à de nombreux risques dont il faut se protéger.

Risques et moyens de prévention

Radiations

Pour se protéger de la lumière intense, des rayons infrarouges et ultraviolets, le soudeur doit porter un écran facial de soudeur avec un verre dont la nuance (le degré d’opacité) est choisie selon le procédé. À titre d’exemple, on utilise un verre de nuance 11 à 14 pour le soudage à l’arc, incluant le procédé MIG.

Il faut aussi protéger les autres personnes présentes dans l’atelier. Les collègues près du lieu de soudage doivent porter un écran facial. De plus, il est nécessaire d’installer un écran approprié pour circonscrire la zone et pour protéger les yeux des passants.

Fumées de soudage

Elles sont le risque principal du soudage et fortement sous-estimées. Les fumées de soudage contiennent : du métal en suspension dans l’air, des oxydes, des solvants (huile, graisse), de la peinture, de l’antirouille et d’autres produits de finition qui se décomposent à la chaleur, du métal d’apport, etc. Bref, la liste des produits dangereux et des dommages qu’ils peuvent causer à la santé est impressionnante.

Il faut donc envisager une ou plusieurs des mesures suivantes :
  • Installer de la ventilation locale avec évacuation extérieure et s’assurer que la hotte d’aspiration soit le plus près possible du point de travail.
  • Lorsque la première solution est impossible, utiliser un appareil de ventilation locale avec système de filtration d’air. Ce type d’appareil est plus flexible, mais demande un entretien rigoureux pour conserver son efficacité.
  • Dans les cas où la ventilation est impossible, il faut envisager le port d’un masque à cartouches approprié. Toutefois, cette mesure n’est pas une solution à long terme.

Brûlures

Les risques sont à deux niveaux : la brûlure par contact avec une pièce chaude et celle due aux composantes qui tombent ou aux tisons. Pour se protéger de ces risques, on aura recours aux mesures suivantes :
  • Porter des vêtements en cuir ou en tissu résistant aux risques d’incendie (généralement un coton tissé serré). Le cuir comporte deux avantages : il résiste à la chaleur d’un tison ou d’un éclat de métal chaud et il transmet peu la chaleur, de sorte qu’il diminue le risque de brûlures.
  • Les vêtements doivent être fermés et sans replis (donc sans poche ouverte) pour éviter qu'un tison ou qu’un morceau de métal en fusion y reste.
  • S’assurer que les vêtements n’ont ni huile ni graisse.
  • Porter des gants longs en cuir et s’assurer qu’il n’y a aucun espace à découvert entre la manche et le gant.
  • Porter des bottes de sécurité et s’assurer que les pantalons descendent par-dessus celles-ci. On recommande de préférence des bottes avec protection diélectrique (pour les procédés électriques – sigle Ω) et avec un dessus lisse pour éviter que des tisons ne s’y logent.

Incendies

Le risque pour l’établissement est peut-être moins évident dans le secteur des services automobiles que dans d’autres travaux sur le bâtiment, mais il ne faut quand même pas le prendre à la légère. Et que penser des risques reliés au chauffage – même indirect – du réservoir ou des canalisations de carburant!

Pour contrer ces risques, il faut mettre en place une méthode de travail sécuritaire qui inclut des vérifications avant et après les travaux.

Avant les travaux

  • Délimiter la zone de travail. Placer autour de celle-ci un écran (voir la photo ci-haut). L’écran sert à la fois à empêcher les tisons de se propager et à protéger les autres du rayonnement.
  • Inspecter soigneusement toute cette zone délimitée par l’écran. Éliminer les matières inflammables et combustibles. Protéger adéquatement tout ce qui ne peut être enlevé (comme des boiseries à proximité).
  • Protéger les canalisations de carburant (propane, essence ou diesel) ainsi que les parties du véhicule susceptibles d’être affectées.
  • Ne jamais chauffer un réservoir ou une citerne. S’il y a le moindre risque, il faut alors le purger.
  • Informer les collègues de travail. S’assurer qu’il n’y ait pas de travaux qui dégagent des vapeurs de liquides inflammables (comme un transvidage d’essence) dans un rayon de moins de 20 m.
  • S’assurer d’avoir un extincteur ABC à portée de la main.

Pendant les travaux

  • Demeurer alerte.
  • À la moindre anomalie, arrêter les travaux et inspecter les lieux soigneusement pour s’assurer qu’il n’y a aucun problème.

Après les travaux

  • Après avoir rangé le matériel, inspecter l’environnement de travail pour s’assurer qu’il n’y a aucun feu couvant.
  • Vérifier que tout est froid et que les risques sont éliminés 20 minutes après la fin des travaux, puis 1 heure après la fin des travaux.
  • Ne pas quitter les lieux sans être certain que le danger a été complètement éliminé.

Autres risques

Enfin, selon le procédé utilisé, il existe d’autres risques :
  • des risques électriques pour tous les procédés à l’arc, incluant le MIG, le TIG et le plasma;
  • des risques d’explosion des bouteilles, de fuites de gaz et de retours de flamme pour tous le soudobrasage et l’oxycoupage.

Formation

Formation en entreprise

Le soudage et le découpage du métal

Documentation

Fiches d'information

Le soudobrasage et le découpage à l’oxyacétylène
Les postes de soudobrasage à l’oxyacétylène : les dispositifs anti-retour

Articles de la revue Auto Prévention

Déversement et soudage ne font pas bon ménage!
Le soudage de l’aluminium, plus dangereux?
Peut-on remplacer l’acétylène? 
L’acétylène : à manipuler avec soin 
Accident : l’explosion d’une citerne de diesel 
Les produits inflammables, les combustibles et les comburants 

Autres ressources

Guide de prévention pour le soudage et le découpage, produit par MultiPrévention 
​Conçu à l'intention des travailleurs, de leurs superviseurs et des membres des comités de santé et de sécurité, ce guide abondamment illustré présente des moyens de prévention axés sur la captation des contaminants, l'aménagement des lieux, la protection individuelle, l'inspection du matériel, son entretien et l'utilisation de bonnes méthodes de travail.

Grille d'autodiagnostic en santé et en sécurité du travail, produit par MultiPrévention
Soudeur : aide-mémoire
Gaz et fumées de soudage : fiche complète, produit par la CNESST
  Soudage